Fiction Chaotique et participative.

Amis auteurs, ceci est votre projet. Le principe est simple : chaque personne de bonne volonté est la bienvenue ici pour apporter sa pierre à l’édifice, il suffit de se manifester en commentaire ici même ou sur les réseaux sociaux. Vous trouverez ci-dessous le début d’une histoire écrite par mes soins… et pour la suite c’est à vous de jouer. Le but est d’écrire un récit complet, viser environ 30 000 à 50 000 mots. Si le résultat s’avère à la hauteur de mes espérances, nous pourrons le publier et reverser les bénéfices des ventes à une œuvre caritative que nous choisirons ensemble. Ah, j’oubliais, nos amis illustrateurs sont bien sûr les bienvenus pour égayer les différentes publications. Dernière chose, saluons l’initiatrice de ce projet la sympathique Frederique Froesch.

Bienvenue dans mon monde, bienvenue dans le monde du chaos. Un assemblage d’idées qui se dissipent fugitivement ou au contraire tournent à l’obsession. Bienvenue dans l’idéosphère, le royaume de l’esprit collectif humain, le psychoplasme, l’endroit où naissent et meurent les idées. Les idées les plus belles et les plus folles, mais aussi les concepts les plus tordus et les plus effrayants sachant qu’ici ces mots ne veulent rien dire. Ici, il n’existe ni bien ni mal. Tout est fluctuant parce qu’ici c’est le chaos. Le lieu où des inventions révolutionnaires côtoient le livre qu’on a tous dans la tête et qu’on n’écrira jamais. L’endroit où les concepts qui sauveront le monde mènent une lutte féroce contre ceux qui le détruiront — peut être pour renaitre plus fort et encore mourir mille fois. Ici rien n’est préférable à autre chose. Ici n’existe que le Chaos. Toute idée peut se matérialiser et en engendrer une autre. Le vaccin contre le cancer peut sauver le nouvel Hitler. Le salaud qui projette de violer sa belle-fille peut s’il passe à l’acte donner naissance à celui qui résoudra le problème de la faim dans le monde.

Ici règne le chaos et moi, je suis juste une idée parmi tant d’autres. Une idée qui prend forme. Une forme humaine. Au loin, j’entrevois une lumière. Cela signifie qu’on m’appelle dans le monde matériel. Je vais naître. Je cours vers la lumière, elle m’attire inexorablement. D’autres idées galopent à mes côtés. Elles tentent de me devancer et de prendre ma place. Elles veulent s’introduire dans la lumière avant moi. Je sens leurs griffes avides, leur haleine fétide. Elles essaient de m’entraver et de me stopper, mais mon corps lisse et immaculé leur glisse entre les mains. Ma silhouette se définit, mon corps se pare de courbes harmonieuse et gracieuse. Je suis une femme, une belle femme. Je m’engouffre dans la lumière. S’ensuit un kaléidoscope de forme et de couleur…

Et soudain, j’ai froid. Je suis recroquevillée sur le sol et un inconnu apparemment terrorisé crie :

« Putain ! oh putain ».

Quand je me redresse et expose ma nudité sous les éclairs bleutés qui zèbre le plafond de la pièce où nous nous trouvons, l’individu hurle :

«  Mais qui êtes-vous bordel ? Que faites-vous dans ma chambre ? »

Et alors qu’il allume sa lampe de chevet et sort de sous ses draps une boule de mouchoir humide, je m’entends dire :

«Parfois lorsqu’on pense très fort à quelque chose et que le monde des esprits est proche de celui des hommes comme en cette nuit d’Halloween, cette chose peut devenir un objet réel ou un être de chair et de sang. C’est ce qui s’est passé quand tu t’es masturbé en pensant à moi, ta Femme idéale. Ton orgasme t’as mis dans un état qu’on pourrait qualifier de gnose, une sorte de transe, un état modifié de conscience qui m’a donné vie »

« Cool, et on fait quoi maintenant ? On baise ? »

La mine déconfite, l’individu semble réfléchir et se reprend :

« À vrai dire, je ne suis pas sûr d’être prêt tout de suite ? Du coup, on pourrait causer. Ce serait un bon début non ? »

« Hélas, nous n’avons pas le temps pour cela. Ta séance masturbatoire n’était pas totalement « pure » en termes de concentration et d’intention. De ce fait, d’autres idées se sont immiscées à ce moment dans ton esprit, certes moins concrètes que moi, mais infiniment plus dangereuses par leur multitude et leurs motivations. Elles m’ont suivie, se sont engouffrées dans la brèche entre le monde des idées et la réalité et elles vont arriver ici d’un moment à l’autre. Elles débordent de jalousie et de haine, car elles aussi désirent s’incarner. Pour l’instant, elles manquent de densité, mais elles peuvent se nourrir des émotions néfastes et grandir en les absorbant et Dieu sait que sur votre terre ce substrat nutritif abonde. En résumé, nous sommes poursuivis par tous tes démons intérieurs et les parties les plus sombres de ta psyché qui vont croître et proliférer de façon exponentielle et leur seul but sera de nous anéantir alors vite fuyons…. »

Nazteratom

À suivre 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *