Comment devenir un putain de maître spirituel grâce à Facebook !

Métro, boulot, réseaux sociaux.

Si vous êtes un habitué de ce site, vous savez certainement que je suis un fervent partisan d’une magie pratique et adaptée à notre mode de vie tout en étant convaincu qu’un travail sur soi et un entrainement régulier sont indispensables à une bonne maitrise magique. Malheureusement, la plupart des ouvrages traitant de ces aspects (comme Le chemin de la véritable initiation magique de Franz Bardon) bien que de qualité, se révèlent inadaptés à notre époque où nous sommes sans cesse pressés par le temps. Même des versions plus modernes et plus pragmatiques comme La Voie du mage d’Arnaud Thuly s’avèrent dans la pratique bien souvent trop chronophages pour quelqu’un qui mène une vie bien remplie. C’est pourquoi j’essaie toujours d’intégrer mon entrainement à mes actions quotidiennes pour optimiser le temps. Les réseaux sociaux qui occupent une part de plus en plus importante dans nos vies constituent pour cela un intéressant terrain d’expérimentation et de progression. Non non, je ne me moque pas de vous…

Facebook & Me

Pour commencer, je vais vous expliquer pourquoi, j’utilise Facebook.

Il y a quelques années, je n’avais pas de compte Facebook et si j’en ai créé un récemment c’était dans un premier temps uniquement pour communiquer sur l’existence de mon site et assurer la promotion de mon livre.

Pourquoi cette venue tardive aux réseaux sociaux ?

Parce que le peu que je connaissais de ceux-ci ne me paraissait pas très reluisant. J’avais l’impression que les gens y passaient leur vie à y raconter des banalités. Je n’ai d’ailleurs pas beaucoup changé d’avis sur ce point. Pendant longtemps, mon utilisation de Facebook s’est limitée à la simple consultation de pages appartenant à de petits éditeurs de DVD de cinéma de genre dont je suis friand. D’ailleurs, je ne résiste pas à l’envie de les citer, histoire de leur faire un peu de pub : Le Chat qui fume, The Ecstasy of Films, Artus Films, Bach Films

« Oui, Brenda c’est hors sujet, mais moi, j’ai le droit parce que je suis le prof. Au fait où en est le procès que tu as intenté à tes parents pour le prénom merdique qu’ils t’ont filé. Ils ont été acquittés ? OK, passe me voir à la fin du cours. Oui, avec ta carte d’identité, histoire d’être sûr que tu es bien majeure et on s’arrangera… oui oui, je jetterai un sort à ces enfoirés. Faut juste qu’on discute un peu avant. Allez on reprend. »

Le but de cet article n’est pas de vous inciter à abandonner définitivement Facebook, mais d’en faire un usage raisonné qui vous permettra d’apprendre à mieux vous connaitre et à vous maîtriser. Deux qualités primordiales en magie et dans la vie en général.

Vous pouvez considérer cet article comme une suite de « Comment élever son esprit grâce aux embouteillages ». Le concept est identique : mettre à profit un élément de la vie quotidienne afin d’apprendre à progresser sur le plan mental en appliquant des procédés comme l’autoanalyse des pensées comme suggéré dans mon livre.

À cette fin, je vais vous délivrer…

Les 10 commandements de Facebook

Commandement n° 1 : Ton but tu connaitras.

La première question à se poser est : Pourquoi utilisez-vous Facebook ? Qu’attendez-vous de ce média ?

Il existe probablement autant de motivations que d’utilisateurs. Parmi les plus courantes, on citera : retrouver des amis perdus de vue, suivre des gens avec des centres d’intérêt proches des vôtres, vendre un produit, trouver l’amour, tuer le temps…

Une fois la raison de votre présence sur Facebook établie, il est intéressant d’analyser sa légitimité et le niveau de priorité qu’elle occupe dans votre vie. Par exemple, si vous avez répondu « pour tuer le temps », êtes-vous sûr qu’il s’agisse d’une bonne motivation, ne serait-il pas préférable de mettre ce temps à profit pour mener à bien un projet qui vous tient à cœur ?

Peut-être me direz-vous qu’après une dure journée de travail, ça vous fait du bien de faire un truc un peu « débile » pour vous changer les idées. Dans ce cas, continuez. Après- tout vous ne faites de mal à personne et déconnecter de son quotidien peut parfois être salutaire.

Vous êtes sur Facebook pour vendre ? Êtes-vous sûr que vos clients potentiels se trouvent sur ce média ? Rentabilisez-vous le temps passé en vente accomplie ?

Ne perdez jamais de vu vos objectifs (même si ceux-ci peuvent bien sûr évoluer avec le temps) et vérifier que vos actions restent cohérentes par rapport à ceux-ci.

Commandement n° 2 : Tes paroles, tu mesureras

Si ce que tu vas dire n’est pas aussi beau que le silence…

Sur Facebook, bien à l’« abri » derrière notre écran, nous sommes vite tentés d’affirmer haut et fort tout ce qui nous passe par la tête au risque de colporter de fausses informations, de blesser autrui ou carrément de s’exposer à des poursuites judiciaires. Essayez-donc pour votre bien et celui des autres, de prendre le temps de réfléchir avant de poster ou de commenter et de vous interroger sur la pertinence de votre intervention et surtout sur votre motivation : vous prenez la parole parce que vous vous ennuyez ? Parce qu’un sujet posté par un autre utilisateur vous a irrité ? Avez-vous bien compris ce qu’il dit ? Êtes-vous réellement légitime comme redresseur de torts pour fustiger quelqu’un qui a tenu des propos que vous jugez racistes, sexistes, erronés… cochez la case qui vous siéra. Votre intervention est-elle vraiment utile vu que le « coupable » est déjà en train de se faire lyncher virtuellement par une dizaine d’individus ? Ressentez-vous le besoin de devenir la onzième ? Si après avoir répondu à ces questions, vous décidez tout de même de jouer à Zorro, demandez-vous si votre intervention fait preuve d’assez de tact et d’intelligence pour faire réfléchir la personne et revoir son jugement plutôt que de la braquer et de la conforter dans ses idées. Avant de valider votre texte, vérifier qu’il n’humilie pas le « fauteur de troubles », car même si votre discours est pertinent, peu de gens possèdent assez de sang froid pour prendre du recul quand on les fait passer pour des abrutis devant des centaines de spectateurs. Votre commentaire selon son contenu peut potentiellement déclencher une guerre virtuelle (qui peut parfois déborder dans la réalité). Avez-vous les capacités en termes de temps et d’énergie de la mener ? Est-ce vraiment nécessaire ? Cela rendra-t-il le monde meilleur ?

De votre côté, ayez à l’esprit avant de poster qu’il y aura toujours quelqu’un de « bien » intentionné et surtout qui n’a rien d’autre à faire, pour critiquer et vous accusez de discrimination, sexisme, homophobie… Certains ont le talent pour voir le mal partout sauf chez eux…

De même, faites attention avec l’humour, tout le monde n’a pas le même et je sais de quoi je parle parce que mes plaisanteries occultes ne sont pas toujours bien perçues par le microcosme Facebookien de l’ésotérisme qui est composé de gens vacheeuuuument sérieux.

Commandement n° 3 : Ton fil d’actualité tu maîtriseras.

Je ne compte plus les fois ou tard le soir, complètement crevé, je n’arrivais plus à prendre le chemin de mon lit, car je parcourais obstinément mon fil d’actualités comme si j’y cherchais un truc vital, mais dont j’ignorais la nature. Un moyen efficace de réduire son temps de sommeil et de finir par trouver un post qui va vous énerver ! Dans le meilleur des cas, vous aurez juste perdu votre temps à regarder ce que les gens ont mangé, ce qu’a fait leur chat ou leur gamin… choses en tant qu’individu qui essaie d’avancer dans vos objectifs dont vous n’avez strictement rien à foutre. Alors, ne laissez plus Facebook vous hypnotiser et décrocher de votre putain de fil d’actualités… Maintenant !

Commandement n°4 : A la tentation du smartphone tu résisteras.

Au lieu de vous contenter de la version ordinateur de Facebook, vous avez téléchargé l’appli sur votre smartphone ? La tentation sera alors souvent grande de consulter votre appli à n’importe quel moment. Ce qui peut avoir des conséquences néfastes sur votre vie familiale, amicale et même professionnelle. Si vos doigts dégainent votre smartphone et lance l’appli à l’insu de votre plein gré, c’est probablement que vous avez un problème de dépendance. Dans ce cas, régulez votre consommation d’appli Facebook risque de représenter un sacré défi et il faudra peut-être songer à supprimer l’appli si vous n’en avez plus le contrôle. Si vous pensez que je dramatise trop, lisez ceci ou visionnez cette vidéo. Pour les plus modérés, il s’agira d’un excellent exercice de contrôle sur vous-même.

 

Commandement n°5 : Ta jalousie, tu contiendras.

Nous avons tous un égo et Facebook est assez doué pour le réveiller. Selon vos objectifs, il y aura toujours quelqu’un de plus beau que vous, plus drôle, plus compétent ou… affabulateur pour vous voler la vedette et récolter plus de like. Apprenez à être humble et acceptez cela, c’est une grande avancée. Peut-être aussi que cette personne a travaillé dur pour arriver à ce niveau, peut-être possède-t-elle une meilleure stratégie de communication… dans ce cas, apprenez d’elle et essayer de vous démarquer, servez-vous de son exemple comme source d’inspiration, un challenge à relever. S’il s’agit d’un escroc, laissez-le faire son truc, ne perdez pas votre temps à le décrédibiliser. De votre côté, soyez réglo et vous aurez votre conscience pour vous. Il y aura toujours des gens qui s’en sortent bien (jusqu’à quand ?) en étant malhonnêtes. C’est injuste, mais ça fait partie de la vie. Grandir c’est apprendre à vivre avec.

Commandement n°6 : Les importuns, tu ignoreras.

Apprenez à ignorer les messages privés dénués d’intérêt sans culpabiliser. Votre temps est précieux, c’est le sablier de votre vie qui s’écoule. Personnellement, si les gens sont polis et veulent m’aborder en MP avec un sujet précis, j’essaierai toujours de répondre dans la limite de mes compétences et de mon temps, mais si vous vous adressez à moi avec des formules comme “bjr” et “slt”, ne vous attendez pas à une réponse de ma part. Si vous n’avez pas le temps d’écrire les mots entiers, sachez que j’ai encore moins le temps de vous répondre. De même pour les individus un peu plus soucieux de l’orthographe, mais qui tiennent dix conversations en même temps (je suppose, vu le délai entre deux réponses) et qui vous apostrophent avec Bonjour (2 minutes se passent), comment ça va ? (5 minutes), qu’est-ce que tu fais ? (4 minutes. « Je suis devant Facebook connard ! Je rédige un article et j’en ai marre de m’interrompre pour te répondre, tu peux me dire ce que tu veux… »), tu cherches quoi ? (6 minutes. « La tranquillité connard ou quelqu’un qui a de la conversation et vraisemblablement ce n’est pas ton cas »). Bon vous m’avez compris, j’arrête là cette pénible démonstration… mais mine de rien ça fait 17 minutes définitivement perdue à attendre les réponses de cette personne. Donc, ne culpabilisez plus lorsque vous ne répondez pas à ce genre d’énergumènes. Laissez-les trouver des individus du même acabit. N’oubliez pas, votre temps est précieux.

Commandement n° 7 : L’indulgence tu cultiveras.

Soyez indulgent avec les délinquants orthographiques : ils sont parfois d’origine étrangère, dyslexiques… De plus être nul en orthographe, n’empêche pas d’être brillant dans d’autres domaines. Vous serez parfois surpris de ce que ces cancres de la syntaxe pourront vous apporter sur d’autre plan.

Sur Facebook vous allez aussi rencontrer un paquet de cons (rôle plus ou moins occasionnel que nous incarnons tous de façon plus ou moins régulière). Et ces cons bien que souvent très agaçants peuvent vous dispenser une grande leçon :

« Parfois, ils arrivent que les cons aient raison et tiennent des propos intelligents ».

Sentence difficile à encaisser, mais ô combien formatrice !

Acceptez également que vos amis virtuels se fassent une fausse idée de vous, après tout ils ne vous connaissent pas en vrai. D’après ce que vous postez et les préjugés que nous avons tous, les gens vont développer une idée de vous qui ne correspondra pas forcément à la réalité. Ils vont calquer des profils types sur le peu de choses qu’ils connaissent de vous et vous faire rentrer dans ce modèle. Soyez indulgent avec eux, ils se basent sur leur expérience et cela leur fait tirer des conclusions un peu hâtives, ne perdez pas trop de temps à vous justifier et contentez-vous d’être sincère dans vos publications et ils finiront par comprendre qui vous êtes… ou pas et ce n’est pas si grave. On m’a par exemple accusé de faire de la magie pour aller à la facilité, la personne en question ignorait totalement mon parcours, les difficultés auxquelles j’ai pu faire face dans la vie, la discipline à laquelle je m’astreins. Elle a clairement calqué sur le peu de choses qu’elle connaissait de moi, un modèle correspondant à son expérience passée… j’ai fait un peu d’humour et je suis passé à autre chose…. Réciproquement, évitez de tirer des conclusions trop hâtives sur les autres utilisateurs en bien comme en mal. Ne jugez pas les gens sur quelques posts, vous ne connaissez pas leur vie et ne savez pas quelles déceptions ou épreuves ils ont traversées.

Commandement n°8 : Les pièges de l’égo tu déjoueras.

Parfois, il peut être vraiment tentant d’intervenir dans une discussion parce que vous pensez maîtriser le sujet. Avant de le faire, il peut être intéressant d’analyser vos motivations. Est-ce réellement pour élever le débat que vous souhaitez prendre la parole ou est-ce pour faire reluire votre égo et attirer l’attention ? Est-ce que vous n’avez pas autre chose à faire de plus constructifs dans la vraie vie ? Oui ? Alors, laissez tomber Facebook pour cette fois et allez faire un vrai truc.

Autres pièges de l’égo :

Ce n’est pas parce que vous possédez une cour que vous êtes le roi.

Il y aura toujours des lèche-bottes alors essayez de ne pas avoir les chevilles qui enflent quand ils font votre éloge, souvent les flatteurs de toute sorte sont aussi les plus prompts à se retourner contre vous à la moindre occasion donc ne construisez pas votre confiance en vous sur leurs avis. L’édifice érigé sur cette base se montrerait vite bien trop fragile.

Autre défi à relever face à l’égo. Admettre que les demandes d’amitié émanant de filles avec des physiques d’actrices pornos sont des fakes et des arnaques et non pas des canons qui se rendent enfin compte à quel point vous êtes un mec génial et attirant. La réciproque féminine existe probablement, mais je vous en parlerai quand je me réincarnerai en femme.

Commandement n°9 : Les nuisibles tu éviteras.

Évitez de vous embarquer dans des débats stériles avec des gens dont la vie semble se limiter à Facebook et qui n’ont que ça à foutre. Vous êtes assurés de perdre au bout du compte.

Il y a les gens qui ont une vie et ceux qui n’en ont pas ou du moins que ça ne gêne pas de la laisser totalement en suspens. Ne rentrez surtout pas en conflit avec ces gens-là, vous gaspilleriez votre temps et votre énergie… surtout si le commentateur compulsif est aussi passé maître dans la mauvaise foi. Le vampire facebookien est vraiment à éviter, il peut vous ruiner une journée voire plus.

Évitez également les psychopathes. Comparé à cette catégorie, les vampires sont des êtres sympathiques… pas besoin de s’étendre, certains individus relèvent clairement de la psychiatrie lourde, éviter de froisser ces gens-là et même éviter les tout court… !

Commandement n°10 : De l’humanité, tu ne désespéreras point.

Malgré le défi que cela représente, vous devez continuer à croire en l’espèce humaine… même quand une de vos publications qui selon vous présentaient un intérêt scientifiquement prouvé pour le genre humain ne récolte que deux like (le vôtre et celui de votre chat qui a posé sa patte par inadvertance sur votre souris) alors que la photo du même chat en train de faire la sieste en génère cent fois plus.

Sur Facebook, l’intelligence peut se faire battre à plate couture par la banalité et la futilité la plus consternante. Même si c’est dur, il faut apprendre à l’accepter.

Voilà quelques idées non exhaustives qui vous permettront de développer vos qualités mentales tout en profitant de Facebook, ça fait moins « secret ultime » que des formules ancestrales en araméen, mais dans les faits, vous aurez assurément des résultats plus probants…

Analysez vos pensées, savoir pourquoi vous agissez, admettre ce qui vous motive même quand ça n’est pas très noble, avoir conscience de vos attentes est un moyen très puissant d’apprendre à se connaitre et d’exploiter pleinement votre potentiel (pour garantir l’efficacité du procédé, il est nécessaire de savoir adopter une certaine forme de neutralité et de se placer en observateur indulgent de sa propre psyché et éviter l’autoflagellation). Nous avons évoqué ici avec plus ou moins de légèreté l’exemple des réseaux sociaux, mais ce type de démarche peut être transposé à n’importe quel domaine de votre vie. Avec cette logique, chaque interaction avec l’autre peut devenir une formidable occasion d’apprendre sur vous-même. En voiture comme nous l’avons déjà abordé, en famille, avec vos enfants, amis, collègues. Quand vous pratiquez une activité sportive, visionnez un film, les possibilités sont infinies. Si vous transformez cette démarche en réflexe omniprésent dans votre vie, vous déjouerez de nombreux pièges tendus par votre égo, vous vivrez en harmonie avec votre environnement et vous aurez accompli un sacré pas sur le sentier de la magie.

N’hésitez pas à laisser des commentaires pour relater vos expériences des réseaux sociaux et comment les utiliser pour progresser d’un point de vue mental. De même, si vous aussi vous utilisez des éléments de votre vie quotidienne pour progresser sur le plan spirituel, je serais heureux de les connaitre.

Et une dernière chose, j’oubliais. ultime conseil :

Réfrénez les envies de bûcher et de torture digne de l’inquisition que vous éprouvez devant les champions du langage express qui pense que vous aurez le temps de leur répondre alors qu’eux ne prennent pas le temps d’écrire les mots en entier. Pour la énième fois, on dit bonjour et pas BJR, salut et pas SLT !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Oui je sais, j’ai moi-même beaucoup à progresser sur le chemin de la tolérance sur les réseaux sociaux. ;

nazteratom livre numérique papier sigil logo
Nazteratom – Réussir sa vie grâce à la magie – Fonctionne aussi pour les gens rationnels – formats papier et numérique.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *